Basket-ball

Curry sait qu'il ne sera pas MVP, et cela lui convient très bien

Curry sait qu'il ne sera pas MVP, et cela lui convient très bien

Stephen Curry ne sera certainement pas MVP pour la troisième fois en trois ans. si cela ne lui pose pas de problème, il s'offusque cependant de lire qu'il passe à côté de sa saison.

Son démarrage plus laborieux que les deux précédentes saisons l’ont donc vite privé d’un troisième trophée de suite. "La conversation au sujet du vainqueur prend forme en décembre et cela commence à prendre vie à partir de là », explique-t-il au Bleacher Report. « Si vous n’êtes pas dans la discussion en décembre, c’est compliqué de rattraper la course, quel que soit ce que vous réalisez. Un gars comme Isaiah Thomas, vous pourriez légitimement le placer comme le candidat au trophée de MVP pour ce qu’il fait avec son équipe, en l’amenant à la première place à l’Est. En décembre, il n’était pas un MVP légitime aux yeux des gens. La course est de fait significativement plus difficile pour lui que pour des gars comme Russell (Westbrook) ou James (Harden), qui font leurs performances depuis le début de la saison. Comme moi l’an passé ou l’année d’avant."

« C’est comique de dire que j’ai une année sans pour cinq points de moins sur la moyenne »

En revanche, si Stephen Curry accepte sans mal d’abandonner ce trophée à une autre star de la ligue, il s’amuse des critiques au sujet de sa campagne actuelle. En janvier, il balayait déjà d’un revers de la main les commentaires évoquant une mauvaise saison de sa part. Depuis, il n’a toujours pas changé d’avis.

"C’est assez comique que des gens puissent dire que j’ai une année sans. Que ce soit noir ou blanc, que ma saison soit moins bonne que l’an passé simplement en raison de cinq points en moins sur la moyenne ou d’une adresse en baisse ou je ne sais quoi… » s’agace-t-il. « Il y a d’autres choses et qui dépassent l’aspect visuel pour essayer d’aider l’équipe à gagner. J’ai appris ça cette année. Toute l’attention, les félicitations, le bruit, c’est cool mais l’important reste votre perception de votre propre jeu. Je peux me lever chaque matin en me disant que je sais ce que j’essaye d’accomplir, je sais que je vais continuer de progresser. Je sais quand je joue mal et à quel point cela me rend fou. Je sais quand je joue bien et à quel point je veux que cela continue. Exactement la même approche que l’an passé. Cinq points par match de moins… Qui en a quelque chose à faire ?"

Commentaires 0 réaction

Actualités liées

Il n'a pas encore de réactions