Van Keirsbulck a apprécié ses 190km de solitude
Redaction
| 0 réaction
Van Keirsbulck a apprécié ses 190km de solitude
Photo: © photonews

En prenant la tête dès l'entame de la course, Guillaume Van Keirsbulck a clairement été un des acteurs de la quatrième étape du Tour de France. La suite, c'est 190 kilomètres de solitude en tête de course. Rattrapé, le coureur de Wanty-Groupe Gobert a confié qu'il avait néanmoins pris du plaisir.

"C'était une journée difficile", a soufflé Guillaume Van Keirsbulck au micro de la RTBF après l'arrivée. "Je voulais sortir avec un ou plusieurs autres. Et quand je suis sorti du peloton, j'espérais que d'autres me suivraient mais cela n'a pas été le cas. J'ai regardé derrière moi et j'ai dit à Hilaire (Van der Schueren, son directeur sportif, ndlr) 'shit, je l'ai fait'."

"Mais Hilaire trouvait que je devais continuer en espérant que quelqu'un me suive. C'était vraiment dur en ayant tout le temps le vent de côté ou dans le dos mais j'ai essayé de faire abstraction de cela. Après la dernière montée, je me suis donné à fond mais le réservoir était presque vide. J'aurais préféré avoir de la compagnie. J'ai même pensé: peut-être qu'ils se trompent et que cela pouvait passer, mais je n'avais plus les jambes à la fin."

"Ils ont commencé à rouler très vite et ils sont rapidement revenus. Cela dit, j'en ai bien profité. Cela valait la peine avec tout le monde qu'il y avait autour du parcours. Évidemment, c'était très dur, mes fesses me font mal et je vais bien dormir ce soir. Demain, je resterai dans le peloton même si cela ne sera pas facile jusqu'à La Planche des Belles Filles. C'est bien pour Wanty-Groupe Gobert d'avoir roulé toute la journée devant les caméras car nous venons ici pour nous montrer."

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les dernières nouvelles par mail.

Plus d'infos

Plus d'infos