L'Université de Leiden vient à la rescousse de Chris Froome

Malik Hadrich
Malik Hadrich
| 0 réaction
L'Université de Leiden vient à la rescousse de Chris Froome

Le 7 septembre 2017, Chris Froome termine la 18e étape du Tour d'Espagne. Ce jour-là, il subit un contrôle anti-dopage qui se révèle anormal. La concentration de salbutamol avait atteint le double de ce qui est autorisé.

L'Université de Leiden aux Pays-Bas estime que le test de l'Agence Mondiale Anti-dopage, la WADA, pour l'utilisation de médicaments contre l'asthme est "fondamentalement défectueux."  Or, Chris Froome explique son contrôle positif lors de la Vuelta 2017 par ses problèmes d'asthme.

Selon l'étude universitaire, "le test actuel au salbutamol est obsolète et doit être révisé. Lors de l'utilisation de la dose maximale autorisée, le nombre de tests faussement positifs peut augmenter à 15,4 pour cent. Une marge d'erreur inacceptable pour un contrôle anti-dopage. Le fait qu'un athlète soit considéré coupable dans ce cas est " totalement inacceptable."

Réaction

Face à cela, le directeur scientifique de la WADA Olivier Rabin maintient son point de vue : "Nous avons lu l'étude. Notre position ne changera pas. La limite de 1000 nanogrammes est basée sur l'analyse de la littérature des vingt dernières années en ce qui concerne le salbutamol."

Il n'empêche que cette nouvelle ne manquera pas de renforcer la défense de l'avocat du champion britannique.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les dernières nouvelles par mail.

Plus d'infos

Plus d'infos