Jan Bakelants s'explique sur la mauvaise fin de relation avec AG2R - La Mondiale
Jordan Horwood
Jordan Horwood
| 0 réaction
Jan Bakelants s'explique sur la mauvaise fin de relation avec AG2R - La Mondiale
Photo: © photonews

Désormais coureur de Sunweb, le puncheur belge est revenu sur sa longue période de revalidation et des événements qui ont précipité son départ de la formation française.

Victime d'une grave chute sur le Tour de Lombardie fin 2017, Jan Bakelants n'a pas connu une fin de parcours heureuse chez AG2R - La Mondiale. "J'ai été très déçu de l'attitude de l'équipe à ce moment-là. Je me suis retrouvé livré à moi-même et cela a commencé le soir même. Tous les membres de l'équipe sont rentrés chez eux, personne ne s'est soucié de moi. Personne ne s'est assuré de la gravité de la situation", explique Bakelants à Sporza.

"Il n'y avait pas de médecin d'équipe avec moi. Il y avait une fracture de la colonne vertébrale instable, ce qui fait que j'étais au bord de la paralysie et personne n'est resté à l'hôpital ce soir-là. Mes parents, qui ont des antécédents médicaux, ont sauté dans leur voiture et ont conduit jusqu'à Côme."

J'aurais dû rouler la Vuelta

Et la suite fut encore plus étrange pour lui. "J'ai dû soudainement consulter un médecin du travail en France. C'est pour protéger le salarié, pour qu'il ne retourne pas au travail trop tôt. Mais un an plus tôt, Stijn Vandenbergh avait souffert d'un traumatisme crânien, et il ne savait rien de tout cela. J'ai eu l'impression qu'ils voulaient postposer mon retour. Alors qu'un professeur m'avait donné le feu vert. Après, je n'ai pas eu de souci niveau payements."

En fin de saison, il aurait dû participer à la Vuelta. "J'étais assuré d'une place dans la sélection, mais une semaine avant le départ, on m'a téléphoné pour me dire que je n'y allais pas. Il y a eu une accumulation de démarches étranges de leur part", a-t-il conclu.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les dernières nouvelles par mail.

Plus d'infos

Plus d'infos