Le doublé pour Simon Yates, Pinot frappe un grand coup, Thomas et Alaphilippe dans la douleur

Pierre Ghislain
Pierre Ghislain
| 0 réaction
Le doublé pour Simon Yates, Pinot frappe un grand coup, Thomas et Alaphilippe dans la douleur
Photo: © photonews

Certains se demandaient si le terrain serait propice aux offensives entre Limoux et Foix Prat d'Albis, ils ont eu la réponse: on a assisté ce dimanche à la plus belle étape de ce Tour de France. Avec un magnifique vainqueur, Simon Yates et un vainqueur moral: Thibaut Pinot.

Pas de feu d’artifice noir-jaune-rouge pour la fête nationale sur les routes du Tour. Thomas De Gendt, Tiesj Benoot, Serge Pauwels et Tim Wellens ont tous essayé de créer la décision en début d’étape, mais c’est plus tard qu’un solide groupe s’est détaché, dans la première difficulté répertoriée du jour, le Col de Montségur.

Parmi ce groupe de fuyards, la plupart des grands battus d’hier. Romain Bardet, Nairo Quintana et Dan Martin notamment, mais aussi Vincenzo Nibali ou encore Simon Yates. Derrière, c’est l’équipe du maillot jaune qui a pris les choses en main pour ne pas laisser une avance trop conséquente aux hommes de tête.

Un groupe qui, au fur et à mesure des ascensions, s’est réduit à son strict minimum et au moment d’aborder la dernière difficulté du jour, Simon Yates et Simon Geschke étaient en tête, avec une minute 30 sur les rescapés de l’échappée matinale. Tandis que derrière, Mikel Landa, huitième du général, avait lancé la bagarre et a profité du sillage de deux de ses équipiers, Amador et Soler, présents dans l’échappée matinale pour creuser l’écart sur le groupe maillot jaune.

Pinot lâche les chevaux

Dans le Prat d’Albis, Yates a rapidement lâché Geschke, tandis que Landa s'est lancé à sa poursuite. Mais le Britannique n’a rien lâché et, le jour où son jumeau a abandonné ses dernières illusions de bon classement général devient le deuxième coureur, après Alaphilippe, à remporter une deuxième étape sur ce Tour de France.

Mais c’est sur le groupe des favoris qu'il fallait avoir les yeux rivés pour voir la grande bagarre. En toute grande forme ce week-end, Thibaut Pinot a mis le feu aux poudres. Suivi dans un premier temps par Alaphilippe, Buchmann et Bernal, tandis que Thomas et Kruijswijk ont accusé le coup. Mais Pinot était bien le plus fort et il a lâché tout le monde, y compris son compatriote, Julian Alaphilippe, qui a montré ses premiers signes de faiblesse dans cette montée de première catégorie et qui, pour la première fois depuis le départ du Tour, a cédé du temps sur tous les candidats à la victoire finale. 

Vainqueur hier, Pinot prend la deuxième place, dans le même temps que Landa et reprend 17 secondes à Bernal et Buchmann, 50 secondes à Thomas et Kruijswijk et plus d'une minute au maillot jaune, Julian Alaphilippe qui a montré ses limites sur l'ascension du Prat d'Albis, mais qui conserve sa tunique de leader à la veille d'une journée de repos qui lui sera nécessaire avant d'aborder une dernière semaine dantesque. 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les dernières nouvelles par mail.

Plus d'infos

Plus d'infos