Auto/motorsport

Jérôme D'Ambrosio a changé d'écurie : "C'est un peu comme si je passais de Sauber à Red Bull en F1"

Jérôme D'Ambrosio a changé d'écurie : "C'est un peu comme si je passais de Sauber à Red Bull en F1"

Ce week-end en Arabie saoudite, la Formula E entame sa cinquième saison. Et Jérôme D'Ambrosio fait partie des pionniers de cette discipline, au même titre que le Brésilien Lucas Di Grassi et le Britannique Sam Bird.

Jérôme D’Ambrosio a changé de team et a rejoint les Indiens de Mahindra. Le pilote, lors d'un entretien avec nos confrères de la DH, s'est confié à propos de ses nouvelles ambitions et pourquoi il avait décidé de quitter l’écurie américaine Dragon Racing.

"Après quatre années, disons que j’avais fait le tour", expliqué le pilote de 33 ans. "J’avais besoin de changer un peu d’air. Il faut avouer que sur les deux dernières saisons, on n’a pas eu les résultats espérés. Dragon est un des deux seuls teams privés. En 2016-2017, cela a été difficile. Et l’an dernier la situation ne s’est pas améliorée. J’avais déjà eu des contacts avec Mahindra par le passé. C’est une nettement plus grosse structure, avec un constructeur derrière. C’est un peu comme si je passais de Sauber à Red Bull en F1", a confié le Belge.

L'ancien pilote de F1 donne son objectif pour cette saison 2018-2019. "Les cartes sont complètement redistribuées avec l’arrivée de la nouvelle voiture Gen2. Mahindra s’est classé 4e du championnat écurie l’an dernier après avoir mené le championnat pilotes avec Félix Rosenqvist. C’est un très bon team. J’espère pouvoir à nouveau gagner des courses (NdlR : il compte jusqu’ici deux victoires) et me battre pour le titre", indique-t-il.

Notre compatriote pilotera une nouvelle voiture. "Oui, elle fait 250 KW, soit plus ou moins 80 chevaux de plus que celle de l’an dernier, ce qui va représenter un gain de l’ordre de deux à trois secondes au tour selon les tracés, d’autant qu’on disposera de pneus un peu plus performants aussi. Cela devient fort chaud sur certains circuits en ville. En prime, on disposera tous d’un hyperboost, une version améliorée du Fan Boost. Entre nous, on surnomme cela le système Mario Kart. En prenant une autre trajectoire et en passant sur une ligne, on disposera durant trois ou quatre minutes de 35 chevaux supplémentaires, ce qui favorisera les dépassements. Et cela deux fois par course. Enfin, je trouve qu’avec son look futuriste cette monoplace est devenue vraiment belle", précise-t-il.

Le pilote belge explique ensuite qu'il n'éprouve aucun regret d'avoir rejoint la formule électrique. "Je suis très heureux là où je suis. La Formula E est le seul championnat qui grandit encore, avec des nouveautés et qui surtout a du sens pour les constructeurs, par rapport à la réalité économique, au marché de l’automobile. Il y a quatre ans, les jeunes qui ne pouvaient pas aller en F1 ou en étaient évincés visaient en priorité le DTM, l’Indy, le Japon, voire le WEC. Aujourd’hui, la Formula E est déjà devenue le choix alternatif prioritaire. Le championnat n° 2. L’arrivée de Stoffel, de mon équipier Pascal Wehrlein, d’Oliver Rowland en est la preuve", a conclu Jérôme D’Ambrosio.

Commentaires 0 réaction

Actualités liées

Il n'a pas encore de réactions