Cyclisme

"Les Classiques sont plus compliquées à cause de Peter Sagan"

"Les Classiques sont plus compliquées à cause de Peter Sagan"

John Degenkolb porte un regard positif sur une saison 2017 où il a soufflé le chaud et le froid. Selon lui, la domination de Peter Sagan a modifié les courses et cela est bien plus compliqué.

Sur le plan comptable, John Degenkolb n'a pas connu une année aussi belle que celles vécues avant sa très grave chute survenue en janvier 2016. Au terme de l'exercice 2017, qu'il aura effectué entièrement, l'Allemand se dit satisfait de la saison écoulée. "Il est très difficile de donner un résumé complet de la saison mais j'ai bien commencé avec la victoire à Dubaï. Dans les classiques, je n'ai pas eu de mauvais résultats, et il est facile d'oublier que j'ai terminé à trois reprises dans le Top 10 de trois Monuments du printemps. Bien sûr, je sais que seules les grandes victoires comptent, mais j'étais constant et j'en suis fier", a expliqué l'ancien vainqueur de Paris-Roubaix au site Cyclingnews.

Toujours sur le site anglophone, le sprinteur est revenu sur la concurrence et le déroulement des classiques du printemps dernier : "la seule chose que nous pouvons mesurer sont les valeurs que je peux produire et les watts. Ils étaient similaires, peut-être même un peu meilleurs cette année, mais les courses ont aussi changé. La concurrence sur les classiques est plus dense que par le passé. Beaucoup de coureurs sont maintenant capables d'aller loin dans le final et de créer une décision. C'est quelque chose de différent du passé, quand nous avions peut-être un ou deux prétendants et que le reste devait jouer finement juste pour se retrouver dans les derniers kilomètres. En Flandre cette année, la différence s'est faite environ à 80 km de l'arrivée car ils avaient tous peur de Peter Sagan. La course est plus compliquée."

Commentaires 0 réaction

Actualités liées

Il n'a pas encore de réactions