Football

Javier Martos pointe les manquements du Sporting Charleroi actuel

Javier Martos pointe les manquements du Sporting Charleroi actuel

Même si Javier Martos fournit jusqu'à présent une saison moins réussie que les précédentes, il reste le capitaine du vestiaire carolo. Il en est aussi son meilleur porte-parole.

Javier Martos est revenu sur les manquements dont fait preuve le Sporting Charleroi cette saison.  Plusieurs éléments sont à prendre en compte selon lui.  Il les a détaillés pour le compte de Sudpresse.

Défense

Parmi les prétendants au Top 6, Charleroi dispose d'une des moins bonnes défenses.  Les Carolos ont déjà encaissé 34 buts en 24 rencontres.  " Il y a plusieurs raisons.  La première, c’est qu'il y a un an, on avait des joueurs comme Cristian (Benavente) et Kaveh (Rezaei) qui couraient 12, 13 ou 14 kilomètres en travaillant pour l’équipe. Du coup, on défendait plus haut. Là, on n’est pas parvenu – tous ensemble, ce n’est pas une critique envers les attaquants – à reproduire cette défense collective. Il a dès lors fallu trouver une nouvelle façon d’évoluer."

Mais Martos mentionne également une autre cause de cette fragilité défensive : " Au final, c’est sans doute ce qu’il nous aura manqué cette saison : de la stabilité, et la maturité de se dire qu’on ne sera pas tout le temps à 100 %. Il faut pouvoir rester calme tant lorsqu’on mène à Bruges que lorsqu’on craque tous à Mouscron, où on a vécu un off-day total…"

Collectif

"Il y a le talent dans cette équipe, mais on n’est encore pas arrivé à construire cette maturité collective" a ajouté l'Espagnol.

Réussite

Et puis, il y a les impondérables : "Certes, nous avons gagné à Bruges, mais si on jouait ce match dix fois, même en sortant la même prestation exceptionnelle du mois dernier, on ne gagnerait peut-être qu’une ou deux fois. À l’inverse, si on joue dix fois Waasland/Beveren, je suis certain que Charleroi gagne sept ou huit fois. La réussite joue."

Coaching

Par contre, il ne comprend pas les critiques à l'adresse du T1 Felice Mazzù : " C’est une injustice.  On ne va pas remettre en cause un travail de presque six ans juste parce qu’on ne sera peut-être pas en Play-Offs 1. Le vestiaire croit en Mazzù, et c’est bien là l’essentiel."

Il devra le prouver lors des prochaines semaines.

Lisez toute l'actualit� foot sur Walfoot.be

Commentaires 0 réaction

Actualités liées

Il n'a pas encore de réactions